6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 11:45

 

Un vieil arbre pleurait tout seul sous la lune

et ses branches tordues criaient leur infortune

d'avoir subi jadis le supplice du feu...

 

Un hibou solitaire ouvrait tout grands ses yeux

en écoutant la terre parler avec Dieu

la lumière dormait dans le silence bleu.

 

Le vieil arbre rêvait de printemps radieux

où des milliers de fleurs chanteraient sous les cieux

pour conjurer la haine, la folie et le feu !

 

 

 

 

Marie-Madeleine Pawloff

30 ans de poésie contemporaine (1957-1987)

Anthologie de Pierre Béarn

Jean Grassin, 1988

SG