5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 06:10

 

                                      Pour Stuart et Jeffrey Fabe

 

 

Même si une centaine de charmes

      S'abattaient, pareils à de gros bouddhas,

De poiriers plantés dans le ciel,

      Et s'ils tombaient des cieux d'ivoire

Pour se poser sur mes yeux grands ouverts,

      Comme manne de fruits d'Orient,

 

Je doute de pouvoir me rendre compte

      Que ce sont des porte-bonheur

Chargés de me garder en vie,

      Non comme des nourritures comestibles

Mais pour me faire souvenir tout simplement

      Que l'esprit peut vendanger le ciel.

 

 

 

 

Louis Daniel Brodsky

La terre avide suivi de

Vingt-quatre merles qui s'envolent

Traduit de l'anglais par Jean Lambert

Gallimard, 1992

 

 

 

 

                    

   

 

 

A Sky Filled with Trees

     

 

                                      For Stuart and Jeffrey Fabe

 

 

Even if a hundred bodhi charms,

      Drooping like plup Buddahs

From pear trees planted in the sky,

      Fell from the ivory heavens

And landed in my open eyes

      Like orient moon fruit,

 

I doubt if I would realize

      They were tokens of fortune

Meant to keep me alive,

      Not as food to be eaten,

Just being reminders

      That the mind can harvest the sky.

 

 

 

 

Louis Daniel Brodsky 

The Complete Poems

Volume Two, 1967-1976

Edited by Sheri L. Vandermolen, 2002

commentaires