17 avril 2014 4 17 /04 /avril /2014 07:02

 

                                   (fragment)

 

     L'arbre ou le poète :

 

     Je secoue

     mon socle brut

 

     Archange fou

J'habite un mausolée de ruines

 

     Je hante obscurément

     les pluies nacelles.

 

     Au bleu

     au vrai du ciel

je dédie un adieu aux oiseaux.

 

     J'aile

     ma nuit

d'espace à faire feu.

 

 

 

André Devynck

Poésie 1 n°30

mars-avril 1973

SG