17 avril 2012 2 17 /04 /avril /2012 06:01

 

Orages en absence comme aux âges où je n'étais nulle part

       et de la charpie de la forêt au fil des saisons

quelques chênes sont tombés éminents anciens vétérans

       derniers des vétérans debout tandis que les guerres drainaient

ils dansaient au ralenti avec le gel quand le temps ne les avait pas découverts

       dans un bout de ce qui fut leur étoffe sans couture ces tardifs

gisent sous un linceul déjà d'églantine et de ronces

       de merisier et le lierre enchevêtré

qui présage la disparition et s'était déjà insinué

       dans l'ombre qu'ils faisaient tant qu'ils se maintenaient en vie

où  les rossignols chantaient même en plein jour

       et les cloches des vaches retentissaient dans le long crépuscule d'été

le lierre s'y connaissait oh le lierre connaisseur

       qui n'avait jamais tort que rares paraissent les oiseaux à présent

plus jamais on ne sort les bêtes des granges

       après la traite pour passer la nuit au pâturage ici

ils s'en sont tous allés du village Edouard s'en est allé

       qui marchait devant elles jusqu'à la fin de ses jours

gardant l'œil sur les noyers encore verts le long de la route

       quand le hibou guettait du haut de ces chênes et dans la nuit

j'entendais le renard qui aboyait ici aboyer et être parti

 

 

 

 

William S. Merwin

La Renarde

Version française par Luc de Goustine

Fanlac, 2004

 

 

 

                                         

 

 

 

Oak time

 

 

Storms in absence like the ages before I was anywhere

      and out in the shred of forest through the seasons

a few oaks have fallen towering ancients elders

      the last of elders standing there while the wars drained away

they slow-danced with the ice when time had not discovered them

      in a scrap of what had been their seamless fabric these late ones

are lying shrouded already in eglantine and brambles

      bird-cherry nettles and the tangled ivy

that prophesies disappearance and had already

      crept into the shadows they made when they held up their lives

where the nightingales sang even in the daytime

      and cowbells echoed through the long twilight of summer

the ivy knew the way oh the knowing ivy

      that was never wrong how few now the birds seem to be

no animals are led out any longer from the barns

      after the milking to spend the night pastured here

they are all gone from the village Edouard is gone

      who walked out before them to the end of his days

keeping an eye on the walnuts still green along the road

      when the owl watched from these oaks and in the night

I would hear the fox that barked here bark and be gone

SG