9 décembre 2014 2 09 /12 /décembre /2014 06:23
  

Je ne passerai sûrement plus par ce sentier. Maintenant

De ma paume je presse l'écorce de l'arbre. Peut-être

Avant qu'il ne pleuve quelqu'un d'autre passera ici et pressera

Lui aussi sa paume contre l'écorce de l'arbre posant à son

Insu couche d'air sur couche d'air.

 

Après viendra la pluie. Et toutes les couches glisseront avec elle vers

La terre du tronc de l'arbre seront absorbées dans la terre

Du tronc de l'arbre iront dans les racines monteront

Dans le tronc et dans les branches rempliront les feuilles de verdeur

Nouvelle. Où serai-je moi lorsque la respiration verte et courte de mes

Mains et des mains de celui qui vient après moi se mélangeront dans la durée

respirante

Du vert persistant.

 

 

 

Amir Gilboa

11 poètes israéliens contemporains

Traduits par Emmanuel Moses

Obsidiane, 1990

 

 

 

Amir-Gilboa

SG