5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 07:02
  

L'arbre

à sa place.

 

Avec le vent qui distribue les graines unanimes.

 

Légiférant tout le contour. L'arbre

sans faille.

 

 

J'avancerai.

 

J'amasse dans mon pas

la haine immense

 

des brindilles.

 

 

 

Claude Esteban

Le jour à peine écrit

Gallimard, 2006

SG