5 juin 2011 7 05 /06 /juin /2011 07:53

 

Le Centre ville est en travaux on dirait la guerre

Rues excavées tuyaux ouverts sans plaies ni sang

Rails nouveaux creusés de part en part

Câbles arrachés arbres vieux qu'on déracine

Adieu for intérieur ! Je m'élance dehors

Me livre aux sirènes d'alarme aux scies des élagueurs

Je me saoule de bruits jusqu'à perdre le sens

Qui vive ? Après le passage clouté je suis libre

Personne ne me connaît joie de n'être personne

 

Au-dessus des toits du haut de ma fenêtre

Dressé au carrefour je contemple l'Arbre Unique

Le splendidement feuillu ginkgo biloba

Il remplace l'horloge aux aiguilles arrêtées

Fossile vivant seul arbre sur l'aire minérale

 

À tous les croisements l'Arbre saint les saintes Fleurs

Les autos tournent autour en anneaux concentriques

On croirait un ballet propitiatoire

Un rituel sacré d'adorateurs des cycles

Des poussées saisonnières des feuilles et des fruits

 

Coups de klaxons injures m'expulsent de ma rêverie

Ce ne sont que pauvres otages crispés à leur volant

Qui clignotent alignés dans la nuit machinale

Prisonniers du flux

Dociles au sens giratoire

 

 

 

Joëlle Basso

Poésie 1, n°51

Éditorial Poésie Un

SG