23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 07:00

 

Tu parlais

A ce tronc d'arbre creux

 

Comme tu ne te souviens pas

D'avoir jamais parlé.

 

Ses parois étaient

Tapissées d'humus

 

Et tu voyais sans doute

En ce très vieux tronc d'arbre

 

L'origine des choses

Qui naissent de la terre

 

Et, privé de limites, l'espace

Où dans des profondeurs

 

Se préparent leurs mouvements

Et leur éclat

 

Pour qui saura

Les découvrir.

 

 

 

Guillevic

Maintenant

Gallimard, 1993

SG