13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 07:04

 

Tu as poussé auprès de ma vie comme l'un

Des jardins de César. Que d'arbres laissés pour nous

Par les puissants ! Que de lys secrets par moi

Cueillis sur tes enclos ! Que de sens et d'images du sens,

Tu incarnais au faîte des arbres.

 

 

 

Mahmoud Darwich

Le lit de l'étrangère

Poèmes traduits de l'arabe (Palestine) par Elias Sanbar

Actes Sud, 2000

SG