21 juillet 2013 7 21 /07 /juillet /2013 07:32

 

peuple obscur forêt dénouée et la vision

d'une cellule seule place disponible le temps

 

des hallucinations je vais le dos rompu

l'estomac brûlé les membres cassés je suis

 

la gloire des bannis l'hymne des monstres ici

il y a toujours une fêlure où s'abriter

 

pour qui va loin sans consentement sans règle

prêcher dans le désert la parole des arbres

 

 

 

Thierry Rabot

Poésie 1 n° 29, mars 2002

Le cherche midi éditeur

commentaires