5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 07:20

 

Comment rendre les nœuds et la ligne mélodique de l'arbre,        

L'harmonie verticale et l'exhaussement vers le ciel du noyau       

De lumière qui déploie en ramifications ce qu'il eut de vigueur        

Enfouie. Au pépiement des étoiles, il répond, le cèdre, qui pousse        

Vert et bleu son faîtage vers la voûte. L'encre dont le pinceau        

S'ébouriffe à poursuivre et saisir les pulsions imperceptibles

Qui font la forme, l'encre on dirait qu'elle mue en mouvement         

À la surface du papier, imitant l'arbre qui oscille, encense,

Amenant à lui la terre ténébreuse qu'il tire et retient,

Qu'il fixe à son axe, aux racines, à l'écorce qu'un labour cloisonne.         

Il nage en son encre, de tous ses tentacules célèbre la dissémination des mondes,         

Du vert au bleu reteint sur la terre les ombres qu'il étend, tamis où la lumière       

Passe en tessons de couleurs qui font du merle un phénix,

De la palombe l'oiseau spirituel dessiné au sommet des verrières. 

 

 

                                         (Au Jardin des plantes, février 1987.)

 

 

 

Robert Marteau

Fragments de la France

Champ Vallon, 1990 

commentaires