27 juillet 2012 5 27 /07 /juillet /2012 06:09

 

Les voiles de l’arbre claquent

se déchirent

embarcation toujours à quai

ce sont les saisons qui voyagent

 

Ce sont le soleil les airs

qui jettent sur les hampes

des couleurs d’étendards

 

L’arbre n’est qu’un mannequin

vêtu et dévêtu à volonté

un prototype de l’homme

tout en réseaux en organes

transformables ou échangeables

futur robot

 

La tempête est un jeu

pour atteindre cet effet de véloce frisson

la course de milliards de roues

foulant le creux enfantin

de la paume de la négresse

Terre

 

 

 

 

Claire Malroux

Ni si lointain

Le Castor Astral, 2004 

SG