7 mars 2015 6 07 /03 /mars /2015 07:01

 

 

 

Les arbres m'ont porté la voix

D'une dangereuse présence

Qui met ma mémoire en croix

Lorsque la forêt s'obscurcit.

Derrière chaque arbre j'entends parler

D'une petite voix d'enfant :

On dirait qu'un homme oppressé

Se réinvente un langage.

Seul avec moi, j'entends monter,

Revenir la clameur paisible

D'une vie qui a arrêté

Le maléfice d'une fée.

 

Le vent passe dans les rejets

De châtaigner qu'un chevreuil broute

Au loin je crois entendre aussi

Le léger écho d'une serpe.

L'homme a rassemblé son fagot

Et s'en va pétrir la fournée ;

La femme l'attend sur le seuil

Et je sens une odeur de soupe.

Le temps, je crois, me joue le tour

De me battre le rappel

De la sève de chaque jour

Dans ma mémoire fatiguée.

 

Écoutant mieux je crois entendre

Le pas furtif de quelque armée ;

Chaque croquant vient de sortir

Une faux bien affûtée

Et monte un chant de liberté

Dans la forêt ragaillardie.

Je ne sais pourquoi je n'ai pas

Ma faux, ma fourche, ma guillade...

Je sens la révolte et l'émoi

Dans ma mémoire séculaire :

Jadis les aïeux, hier nos pères

Suivaient ici la voix du peuple.

 

J'entends le bruit de mes pas

La voix des arbres qui m'appelle

Je crois pouvoir trouver là-bas

Une résistance nouvelle...

Mais tout à coup je n'entends plus

La grande chanson délivrée :

Dans la forêt, y a plus personne

De toute vie elle s'est vidée.

Mais tendre le poing ou rêver

Ne peut pas sauver la chênaie :

J'entends le bulldozer venir

Dans la forêt désespérée.

 

 

 

 

Preséncias

 

 

Los aubres m'an portat la votz
D'una preséncia mau segura
Que bota ma memòria en crotz
Quand la forèst se fai escura
Darrièr chada aubre auve parlar
D'una pita votz de mainatge
Om dirià qu'un òme sarrat
Se torna inventar son lengatge

Solet emb eu auve montar
Tornar la clamor assuausada
D'una vita que a'restat
Lo meschaent voler d'una fada
Lo vent passa dins los gitols
De còdra que lo chabròu coda
Au luènh me sembla auvir maitot
Lo resson teune d'una poda
L'òme a fait son fais de bòi
E se'n vai prestir la fornada
La femna l'espèra au bassuèlh
E sente lo fum d'una olada
Lo temps crese me fai lo tom
De me tustar la rampelada
De la saba de chada jorn
Dins ma memoria fatigada

Mas, tot d'un còp io n'auve pus
La granda chançon desliurada
Dins la forèst i a pus degun
De tota vita s'es voidada
Mas tendre lo punh e rèivar
Ne sauva pas la jarricacla
Auve lo bulldozer 'ribar
Dins la forèst deseperada.

 

 

 

Michel Chadeuil

Poème mis en musique par Joan-Pau Verdier

Éditions Chapell