13 septembre 2011 2 13 /09 /septembre /2011 06:35

 

Toute la matinée les hommes ont abattu les ormes malades

      bordant les larges trottoirs.

Les cruelles scies électriques sans trêve montent et descen-

      dent leurs stridentes gammes d'opéra,

les tronçonneuses diesel dans la rue hachent les débris avec

      un incessant, fébrile halètement,

remplissant camions après camions des restes inertes, homo-

          généisés, duveteux, d'aubier,

de rameaux et feuilles et bientôt le bloc est dépouillé, comme

      se dépouille d'illusions la réalité :

les rangées d'immeubles nus en face regardent, pensives,

      leurs divagations rendues plus urgentes.

« Le vent du temps », songent-elles, ce mystère chargé d'une

      inquiétante clarté : « Le vent du temps... »

Tout l'après-midi, jusqu'au soir sans remède, les esprits

      s'affolant ; « Insolent, scandaleux, le vent du temps... »

 

 

 

 

                                          

 

 

Elms

 

 

All morning the tree men have been taking down the stricken

      elms skirting the road sidewalks.

The pitiless electric chain saws whine tirelessly up and down

      their piercing, operatic scales

and the diesel choppers in the street shredding the debris

      chug feverishly, incessantly,

packing truckload after truckload with the feathery, homo-

      genized, inert remains of heartwood,

twig and leaf and soon the block is stripped, it is as though

      illusions of reality were stripped :

the rows of naked facing buildings stare and think, their

      divagations more urgent than they were.

« The winds of time »,  they think, the mystery charged with

      fearful clarity : « The winds of time... »

All afternoon, on to the unhealing evening, minds racing,

      « Insolent, unconscionable, the winds of time... »

 

 

 

 

C.K. Williams

Chair et sang

Traduit de l'anglais par Claire Malroux

La Différence, 1993

SG