2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 06:19

 

                     1

 

Ô fidèles,

ô immobiles mais conversés,

chacun demeurant là, dans la rareté —

ou très actifs avec le néant

des prés depuis février

               dissuflés en mille

sécheresses jamais vues,      affûts jamais vus

 

MÛRIERS, MORÈR, SAULES, SACHÈR        résiduels et tibias

libérés pour les habitats

les plus manifestes de la grisaille

mais dans la

liesse d'être-quand-même,

consistance avec l'être,

dérision

enfin, dérision / amour

                         de l'être ?

................................

 

 

 

                    2 

 

Mûriers, Morèr, Saules, Sachèr

       nus, déments,

       restes d'histoires-évènements

       fidèles jusqu'à la démence

             amoureuse, silence/démence

 

Arbres en             proportions

et propositions

sacrées/ défaites inséminés

dans le gris violent des prés —

       et non, templa ils ne font,

ne veulent, ne donnent

 

MÛRIERS, MORÈR, SAULES, SACHÈR,

       victimes et pères

       et fils des prés/trahisons,

       fébruarité pure

       hostile à tout

       lieu         avide de toute immesure

 

Mais pour vous, hermès, ermites

ce bourdonnement d'entre les dents

                                          ne suffit

bien davantage il faut, bien plus

que davantage

       en aimant on vous autorise       qu'on vous oublie 

 

 

 

Andrea Zanzotto

Météo

Texte français de Philippe Di Meo

Maurice Nadeau, 2002

 

 

 

 

 

 

 

 

Morèr Sachèr  

 

 

                   1

 

O fideli

o immoti ma conversati

restando ognuno là nella rarità —

o attivissimi col nulla

dei prati dal febbraio

              dissufflati in mille

mai viste secche        mai visti appostamenti

 

Residuali e stinchi        MORÈR, SACHÈR

liberti per gli habitat

più manifesti del grigiore

ma nella

lietezza di-pur-essere,

consistenza con l'essere,

derisione

infine, derisione/amore

                           dell'essere ?

....................................

 

 

                   2

 

Morer, sachèr

      nudi, dementi

      resti di storie-eventi

      fedeli fino alla demenza

            amorosa silenzio/demenza

 

Alberi in         proporzioni

      e sacre/sfatte

      proposozioni inseminati

      nella violenta grigità dei prati –

            e no, templa non fanno

non vogliono, non dànno

 

MORÈR, SACHÈR

      vittime e padri

      e figli dei prati/tradimenti,

      februarietà pura

      ostile ad ogni

      tratto       avida d’ogni immisura

 

Ma a voi, erme, ermi

questo brusio tra i denti

                             non basta

assai di più bisogna, assai

che più

      vi si consenta amando       vi si oblii 

SG