5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 07:02

 

Tels des bouquets de confetti,

grains de soleil tombés des nues,

les mimosas le long des rues,

disent le temps des travestis,

 

De leur air mousseux, qu'atténue

un feuillage grêle, assorti,

la foule grise a réparti

entre ses bras la bienvenue.

 

Dans un parfum de bois mouillé,

l'impressionniste pointillé,

met des reflets dans les voilettes.

 

Et les trottoirs sont des sentiers

où l'on piétine à pleins paniers

le contraste des violettes.

 

 

 

Paul Jouvin

Le Domaine - Revue littéraire, artistique et corporative

1922

commentaires