7 décembre 2011 3 07 /12 /décembre /2011 08:03
  

Les oliviers tordus par les temps

et par des vents d'orages, se sont levés

sur le sourcil étroit de cette terre,

comme s'ils enlaçaient le sol et la pierre

de leurs branches qui ont tant souffert

qui s'agrippent, qui restent,

et qui partagent leur véraison

avec les rares passants

"Prenez et mangez... buvez-en..."

Tous, qu'ils trouvent tous leur nourriture

d'une marche amère emplie de miracles

et dans la vérité une grande méfiance,

ainsi seront-ils, aussi tordus que les oliviers,

agrippés avec confiance

à cette terre, tenaces

au sens de sa pierre

et à un vent d'orage

miséricordieux.

 

 

 

 

 

gotsis-dimitris

 

 

 

 

 

Gotsis Dimitris

15 Voix poétiques de Chypre

Antonis Pillas - Elpida Kouloumbri-Ghazal

Université Paul Valéry - Montpellier, 1997

SG