3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 06:25

 

                                    À M. et O.P pour

                                    leur amour de nos chers

                                    horizons berriauds

 

 

Y s'miront pus dans la rivière,

Y sont morts les jolis bouleaux,

L'ieau qui coulait su' son lit d'pierres,

Cachait ieux pieds dans les roseaux.

 

Sour ceux bouleaux, dans l'harbe verte,

J'allais m'assid' les soers d'été,

J'faisais tout un tas d'découvertes,

J'examinais autour dé moé.

 

Tantoût la toil' d'une araignée,

Un luma ¹ rampant su' l'gazon,

Un fromi r'gagnant sa tranchée,

Ou l'frétill'ment d'un p'tit posson.

 

C'était la paix et l'grand silence,

A peine troublé d'un chant d'oésieau,

Qui m'nait chanter son bout d'romance,

Ou tremper son p'tit bé' dans l'ieau.

 

Un âb'e qui meurt, c'est pas grand chouse,

Et ça pass'ben inaparçu !

Mais j'vâs pus m'étend' su la p'louse,

D'puis qu'les bouleaux ont disparu !

 

Leux branch's bass's mé f'sint des caresses,

Et leux feuill's murmurint dans l'vent,

Coumm' des mots tendr's, tout plein d'promesses,

Qué j'écoutais en frémissant.

 

L'odeur des foins m'nait pas bouffées,

L'Dimanche un air d'accordéon,

Emplissait la tout' proche allée,

Ou ben l'fredoun'ment d'un' chanson.

 

À présent, j'suis la passagère,

Qui r'gard d'un œil indifférent,

Les grands près qu'étint pleins d'lumières,

Y ieux manqu' queuqu'chouse à présent.

 

L'ieau coule encor su' son lit d'pierre,

L'vent agit' toujou' s les roseaux,

Pour moé, y a ni charm' ni mystère,

Dépuis qu'ia pus mes grous bouleaux.

 

¹ : escargot

 

 

 

Betty Jacquey

J'ai glané pour vous...

Angers, 1963

W-Landelle

         Illustration : Willy Landelle

SG