1 août 2011 1 01 /08 /août /2011 08:05

 

Dans la nuit le grand pin

chuchote à la femme bouleau :

venez calmer mes ardeurs estives

buvez à mes blessures de résine

venez caresser mon derme racorni

humecter mes aiguilles de peine

que je perds pour abolir le temps

dans d'éternelles ruines

 

 

 

Michel Sicard

Exils prochains

Galilée, 2004

SG