18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 19:00

 

Quelles tempêtes de chaos puis d'océan

en leurs abîmes l'appelèrent

Déraciné déchu lacéré

englouti macéré

noyé des millénaires

 

Sous les roseaux sans mémoire

réduit au cœur extrême

de fureur inlassable

                              et condamnée

 

Au tremblement du temps

l'attraction inverse

 

Retour ensoleillé des fibres infrangibles

Lente décantation de minéral en fête

au chant des nymphéas

Beau polissage au ton de tourbe

jusqu'à la statuaire intarissable 

 

Non assuré suspendu

                               abandonné

le dit de l'arbre-frère

 

 

 

Suzanne Brosse

Lucidité

Éditions André Silvaire, 1975

 

 

* Arbre fossile de la Brière   (Ndla) 

commentaires