29 novembre 2010 1 29 /11 /novembre /2010 10:22

    

    Le bois des arbres, ici, se déroule : vous leur fendez l'écorce sur toute la longueur et vous tournez autour. Les arbres trop gros, on se contente ainsi de les désépaissir : ils reprennent une ligne jeune et se balancent à nouveau dans le vent.

    Quand vous dévidez jusqu'au bout des arbres vieux de plusieurs siècles, il n'est pas rare d'y trouver comme un vide d'où s'échappe alors une longue plainte.

 

 

 

Pierre Bettencourt

Fables fraîches pour lire à jeun

Lettres Vives 

SG