2 novembre 2010 2 02 /11 /novembre /2010 13:24

 

Tout au fin bout' des champs, par là-bas d'la land' varte,

c'est comm' si qu'al touch'rait au bord du bieau ciel bleu

avec ses mulons noèrs su' ses troncs roug' comm' feu...

Comm' eun' grand' port' qui s'rait à moètquié entr'ovarte,

à rembârr' sû la dret' tout c'que peuv' voèr mes yeux.

 

En marchant tout au long d'la châreillèr' tout' blanche

j'approchons d'min de min' tout à m'sur' qu'a' grandit,

et l'grand vent d'la galarn' qui souffille bein r'ferdit

siff' tant qu'i' peut, bein fôrt, en balançant les branches,

sans leu's y laisser d' cess', de jour tout comm' de nuit'.

 

A c't'heur' me v'là tout seul dans le ch'min qui s'enfonce

tout er'couvart de barb' que c'en est ein tapis.

Le jour y déminue à crèr' que c'est la nuit'...

Pas eun'voèx ni un pas pour me fair' la réponse...

Que les sapins qui chant'... e j'me sens n'en fermi !...

 

Cà n'est comme ein soupir, comme eun' grand' plaint' qui passe...

Ces grands âb' qui emmêl' leus grands brâs tout tordus,

leus troncs qui mont' tout dret quervassés ou tout nus

comm' pour marquer la m'sure on l's entend qui cracassent...

J'en sé tout ébaubi, piqué comme à l'affût !...

 

Tout là-bas, d'vars les fonds, c'est bein eun' hach' qui cogne...

Ein écho li répond... çà s'arrêt' tout d'un coup...

Ein pi'-vart à queuqu' pas picott' pour fair' son trou...

Ein grouss' groll' tout là-haut qui passe et pis qui grogne...

Ein lapin qui déboull', qui s'en sauv' comme ein fou...

 

Pi pû rein côr ein' foès qu'la magnièr' de musique

que fait l'vent dans les branch' à la têt' des sapins...

Mâgré moi j'me sens triss'... e' j'pense à nos defunts,

à tout' sort' de misér' qui s'renvoient la replique...

C'est sûr point là qu'faut v'nî quand on a du chagrin.

  

 

 

Félix Landreau

D' nout' temps

Editions de l'Ouest

 

 

 

 

 

jean-commere

 

Illustration de Jean Commère

SG