15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 07:16

 

Je suis homme et je marche au fond de la forêt

Mon pas écroule l'arche au silence parfait

Les sapins ont l'aisance étrange du vent clair

L'air mûrit l'opulence d'un ciel bleui d'éclairs

Pourtant, moi qui suis homme et qui marche à pas doux

Qui révère la pomme, un lièvre au ventre roux

Qu'est-il donc qui m'encage, me repoussant au bord ?

L'oiseau tait son ramage, un caillou fait le mort

Rien n'est plus, ne persiste - hors la feuille qui naît

Libre, puissant et triste, exclu de la forêt

Je trace et suis ma piste, hautain mais réprouvé.

 

 

 

Luc Bérimont

Poésies complètes 1

Le cherche-midi éditeur

SG