17 mars 2016 4 17 /03 /mars /2016 07:09

 

Oiseau mon assuré

dans son asile de tiédeur

témoin du lent travail de l'aubier

                    de l'écorce

de la feuille aux saisons de la terre

 

Oiseau

qui avance humblement dans l'intimité

                                          du maître

jusqu'à ce que s'échappe une plume

                                           fertile

la semence d'un printemps

 

Oiseau mon poémier

qui prend son assise dans la pierre

avant de s'élancer par un détour

                                  de tiges

jusqu'au miracle de la plaie

 

Jusqu'au triangle de la présence dure

cette masse de lumière

qui s'étire soigneusement dans l'homme

et déjà sent frémir les cageots du matin

 

Cet instant du soleil

où l'arbre se résume

et serre dans le silence

le temps de ses mille paroles.

 

 

Paris,

  

4 janvier 1951

6 heures du matin

 

                                                   à Louis Nallard 

   (sur carnet Ephémérides de la Librairie Gibert)

                                                          

                                        

   

Jean Sénac

Oeuvres poétiques

Actes Sud, 1999

 

 

 

 

Isabelle Joubert

It's a new day