9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 09:12

 

L'arbre est là,

Calvaire dépouillé,

Etrange et solitaire,

Aux rives éternelles

De la plainte endeuillée.

L'arbre est là,

Sentinelle du sang,

Sentinelle des cris,

Prêtre des agonies,

Et père des mourants.

Survivant des tempêtes,

Il plonge ses racines,

         Indifférent,

Dans la terre

         Des ossuaires,

Puisant la sève

De ses prochains printemps ;

Et ses feuilles nouvelles

Deviendront un abri,

Pour l'oiseau du matin

Venu chanter la vie.

 

 

Gabrielle Saint-Martin

Poèmes d'un soir

Grassin

SG