25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 06:07

 

L'acacia qui sent la grenouille

Le vert humide des mois fous

Ourle les bois d'une odeur molle

Que ses longues épines nouent.

 

L'acacia qui sent la sève aigre

Mollit cette odeur dans ma chair

Comme sous la peau des loups maigres

Qui courent en buvant l'hiver.

 

L'acacia qui balance un Ange

À chaque coup de reins du vent

L'acacia se brouille et nous ment

Sous le ciel d'Avril en pervenches.

 

 

 

Luc Bérimont

L'esprit d'enfance

Les éditions ouvrières, 1980

commentaires