15 août 2010 7 15 /08 /août /2010 14:12

 

Je vais n'aimer personne

je traverse les feuilles des arbres

et même leurs troncs

je deviens transparence, bientôt absence

bientôt mille fois rien

zéro.

 

Je heurte mon front aux pavés

aux étoiles aux visages aux sexes

aux oiseaux aux fleurs

à la main pensive de Dieu.

 

J'écris un poème

j'évite encore la mort en écrivant un poème

je ne passerai pas le pas car j'ai peur

je ne m'aiderai pas pourtant

contre ma grande amie qui n'a point de sexe.

 

J'écris un poème pour mourir plus doucement

pour laisser après moi une sorte de feuillage

pour que des yeux voyant mon petit automne

se demandent s'il reste un peu de sève dans l'arbre.

 

Va mon arbre va

bats des ailes mon oiseau

la pierre est mûre

la hache est mûre

la main est mûre

qui doit te tuer

 

 

 

Alain Borne

Indociles

Club du Poème

SG