17 septembre 2015 4 17 /09 /septembre /2015 13:40

 

il y a des jours

j'ai cent fois cent ans

 

mes âges sont des cercles

qui s'éloignent du cœur

enroulant une continuité sans lien

 

il y a des jours

mes bras nus

se tendent pour étouffer

ce cri incessant

 

mes rêves mûrissent

pourrissent sur le sol

 

il y a des jours

mon corps se fissure

imperceptiblement comme une vie

 

mes muscles fondent

mes os sèchent

l'intérieur s'effrite

 

il y a des jours

le temps pèse

plus que l'inutile

 

il ne reste

que la violence du vide

que la cendre au creux des mains

 

il y a des jours

si ce n'était de la profondeur des attachements

de la vibration de ta voix sur ma peau

je m'écroulerais dans un fracas terrible

 

il y a des jours il y a des jours

que je suis un arbre

 

il y a des jours

l'oiseau se perche

rétablit l'équilibre

et je frémis de tous ses chants

 

il y a des jours

le lac suspendu dans ma tête

se troue d'ombre et de lumière

 

il y a des jours

mes racines me poussent

du côté de la vie

 

il y a des jours

je suis une voile

gonflée de destinations nouvelles

 

l'ombre fraîche de la terre apaise la fièvre

le vertige de dire la beauté immense

 

il y a des jours

l'heure est grande et douce d'impatience

 

l'espoir se ramifie

tisse le lendemain

au-delà de la nuit

 

il y a des jours

je suis sans histoire

une suite sans début ni fin

une forêt qui a l'âge de tous les hommes

depuis et pour toujours

 

il y a des jours il y a des jours

que je suis un arbre parmi les arbres

 

 

 

 

Richard Sage

Bacchanales n°29, nov. 2002

Revue de la Maison de la Poésie Rhône-Alpes 

 

 

 

 

il y a des jours

Robert Darabos

King Midas

Acrylique sur toile, 2006

artabus.com

SG