18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 07:00

 

Il faut ébrancher le navire

l'arbre lui trancher les bras.

Au loin déjà

tremblent les cimes

s'inquiètent les toits vers le port.

Cible des tempêtes au cœur des tempêtes

sous l'ŒIL

serré sans périr

tenir contre les vents.

 

Puis dompté le tourment

assembler quatre murs

sans horloge ni porte.

 

Un filet de ciel seulement

où nommer les saisons

compter les branches mortes.

 

 

 

Gisèle Prassinos

La Vie la voix

Flammarion, 1971

SG