22 juin 2018 5 22 /06 /juin /2018 06:31

 

Il y a

dans l'ombre du bois d'Horte

entre La Rochefoucauld et Angoulème

des cris d'oiseaux et de printemps

des herbes folles et des fleurs vivaces

des matins semés en terre humide

des traces entre les buissons

Nul ne sait où va aller tant d'abondance

Les greniers seront pleins et le vent aussi

Les perdrix seront lourdes

Les freux ne se plaindront plus

Où sont les logis ?

Les promesses de plaisir ?

La forêt toute fraîche enduit les rayons de sève

et révèle une à une ses feuilles androgynes

Le chêne comme un fou regarde la beauté

nue du chevreuil

Le soleil est parti brusquement laissant

bouvreuils et rossignols

à leur labour du ciel

 

Ce soir on éparpillera

la cendre du jour

au souffle des flammèches et des sourires

On échangera aussi

les monnaies de la reconnaissance.

 

 

 

Michel Cosem

La poésie, ce roman

Lanore, 2002

SG