29 septembre 2013 7 29 /09 /septembre /2013 06:16

 

Tombent amandes et cerises,

Tombent les glands du chêne vert.

Le fruit jamais ne s'éternise

La branche forte a son hiver.

Il faut avoir su l'heure exquise

Pour mieux pleurer quand on la perd.

Il faut passer par une église

Pour mieux comprendre le désert.

Oh ! mes charnelles vocalises,

Ô glands tombés du chêne vert !

 

 

 

Paul du Peloux

Le berger des collines

Le cerf-volant, 1975

commentaires