8 avril 2010 4 08 /04 /avril /2010 18:02

 

                     I

 

Du monde confus, opaque

des ossements et des graines

ils s'arrachent avec patience

 

afin d'être chaque année

plus cribblés d'air

 

 

                     II 

 

D'une yeuse à l'autre si l'œil erre

il est conduit par de tremblants dédales

par des essaims d'étincelles et d'ombres

 

vers une grotte à peine plus profonde

 

Peut-être maintenant qu'il n'y a plus de stèle

n'y a-t-il plus d'absence ni d'oubli

 

 

                     III 

 

Arbres, travailleurs tenaces

ajourant peu à peu la terre

 

Ainsi le cœur endurant

peut-être, purifie

 

 

 

Philippe Jaccottet

Poésie

1946-1967

Editions Gallimard

SG