8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 06:16

 

Les arbres du printemps revêtent l'innocence

De bouquets opalins à reflets irisés,

Exposant au soleil, dans leur magnificence,

Leurs pétales neigeux sur couchants embrasés !

 

Les arbres de l'été, coiffés de chapeaux verts,

Sentinelles d'espoir d'une saison ardente

Qui blondit les épis à ses rayons offerts,

Peignent de clair-obscur leur ombre somnolente.

 

Les arbres de l'automne ont mis perruques rousses,

Colliers de réalgar, topaze et corindon.

Ils sèment leurs joyaux sur le velours des mousses

Qui déroule, pâli, son vert de céladon.

 

Les arbres de l'hiver, par le vent dévêtus,

N'ont pourtant pas perdu leur puissant sortilège.

Droits et fiers dans le froid, leurs membres éperdus

Voilent leur impudeur de brouillard et de neige.

 

Mais au fond de mon cœur, tout habillés de rêve,

Des arbres scintillants aux somptueuses fleurs,

Au flux de mes espoirs s'illuminent sans trêve :

Leur rayonnant éclat terrasse mes douleurs...

 

 

 

 

Henriette Kaisser-Couret

30 ans de poésie contemporaine (1957-1987)

Anthologie de Pierre Béarn

Jean Grassin, 1988

commentaires