10 juin 2012 7 10 /06 /juin /2012 08:09

 

 

L'usnée s'attache

Aux arbres nus

 

 

 

          ♦ 

 

 

 

Un instant

Se prolonge et s'étend

 

Dans la frondaison

D'un chêne.

 

 

 

           ♦

 

 

 

L'écorce,

 

Un peu marginale

À son goût.

 

 

 

           ♦

 

 

 

Arrêtons-nous un moment

Sous le cerisier.

 

Pourquoi crier

Le rose et le blanc

 

Alors que lui

Les psalmodie ?

 

 

 

           ♦

 

 

 

Intimes

 

Comme certains chênes

Avec eux-mêmes.

 

 

 

           ♦

 

 

 

Qu'ont fait

Les lauriers

 

Pour signifier la gloire ?

 

 

 

           ♦

 

 

 

La piété des saules

Envers la rivière.

 

 

 

           ♦

 

 

 

La dynastie des noisetiers

Aime s'installer

Au bord des chemins.

 

 

 

          ♦

 

 

 

Pauvre feuille

du lierre :

 

S'était prise

Pour un oiseau.

 

Sous le vent

Battait

Comme une aile.

 

 

 

          ♦

 

 

 

Des rameaux

Qui se placeraient

 

Sous l'égide

De l'égoïne.

 

 

 

          ♦

 

 

 

Le genévrier

Pas content

De son entourage.

 

 

 

          ♦

 

 

 

Le buis a son reflet

Dans ses propres feuilles.

 

 

 

          ♦

 

 

 

Le houx

Accepte par le rouge,

Refuse par le vert.

 

 

 

          ♦

 

 

 

Ce soir,

À l'orée du bois

L'églantier

 

S'auréole

De sa journée.

 

 

 

          ♦

 

 

 

Pour nous,

 

La fleur du pommier

Devient la pomme,

 

la fleur du rosier

Meurt avec la rose.

 

 

 

           ♦

 

 

 

Mais oui, pommier,

Tes feuilles te reviendront,

 

Tu n'en as pas fini.

 

 

 

           ♦

 

 

 

Parfois l'humus

Dort quand même

 

Dans le creux d'un chêne.

 

 

 

          ♦

 

 

 

Les chênes

La marque des druides.

 

 

 

          ♦

 

 

 

Petit gland

Doit savoir

Qu'il deviendra grand

 

Et attend.

 

 

 

          ♦

 

 

 

Les hêtres se comportent

Comme les neveux des chênes.

 

 

 

          ♦

 

 

 

Ce frêne

Desséché, écorché,

Moignon désamorcé,

 

On pourrait le prendre

Pour un restant de chêne.

 

Regarde-le

Esquiver

Les suppliques du vent.

 

 

 

          ♦

 

 

 

L'acacia

T'est moins parent

Que le pommier.

 

Il appartient davantage

À l'air.

 

Il croit pousser plus vite

Que n'importe qui

De son rang.

 

 

 

          ♦

 

 

 

Le châtaignier disait

Qu'il était fait

Pour ce chemin-là.

 

 

 

          ♦

 

 

 

Si la branche

Sait qu'elle est branche.

 

 

 

          ♦

 

 

 

Ce silence

Que donne

La forêt de hêtres.

 

 

 

          ♦

 

 

 

Dans chaque forêt

L'annonce

D'une autre forêt.

 

 

 

          ♦

 

 

 

Un boqueteau

Tenté par l'horizon.

 

 

 

          ♦

 

 

 

Par toute sa surface,

Des racines jusqu'à la cime,

 

L'arbre touche

Ce qui l'entoure,

En fait profit.

 

 

 

          ♦

 

 

 

Arbres, vous supportez

Le soleil non filtré,

 

Puis le vent et la pluie

Et le froid et la neige

 

Puis le soleil revient —

Et vous n'éclatez pas !

 

 

 

          ♦

 

 

 

La laideur

N'est accordée

À aucun arbre.

 

 

 

          ♦

 

 

 

Un arbre parle peu

De son enfance.

 

 

 

          ♦

 

 

 

Divise

Le ciel par l'arbre.

 

Emporte

Le quotient.

 

 

 

          ♦

 

 

 

Qu'est-ce que vous croyez

Dit l'arbre,

 

Je n'ai pas besoin de vous

Et vous n'avez pas de hache.

 

 

 

          ♦

 

 

 

Ne donne pas ta caution

À n'importe quel arbre.

 

 

 

          ♦

 

 

 

Je ne t'écrirai plus

Que par les arbres.

 

 

 

          ♦

 

 

 

Ne pas parler

 

Devant le rameau

Qui remue pour deux.

 

 

 

 

 

Guillevic

Revue Poésie 1, n° 129

Le Cherche-Midi

 

SG