7 août 2012 2 07 /08 /août /2012 06:05

 

Je ne te verrai pas tenue

promesse d'arbre

qui n'est encore

parmi les autres herbes

qu'une moins que rien d'inconnue

 

Jamais

je ne verrai trembler ton ombre

dans la blancheur féroce

du mur

jamais ton ombre se pencher

sur l'eau courante d'une vitre

vers son reflet de jeune fille à la fontaine

 

Jamais je n'entendrai

rire l'ombre d'un vol

dans l'ombre de tes branches

 

Toi si frêle sous la menace

de la chenille

de la taupe

du lièvre

du cantonnier

de la hargne des saints de glace

 

Mon enfant

trop tendre d'écorce

je t'aime

tu n'as pas l'ombre

d'un avenir de libellule

devant toi.

 

 

 

 

 

Serge Wellens

Les Mots sont des chiens d'aveugle

Folle Avoine, 2001

SG