3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 16:55

 

Hélas il n'y a que le silence

sans repos pour les voix

Les morts ne sauraient nous aider

ici j'écris des mots pourtant

 

Qui s'écrivent ailleurs aussi

lettres de feu pour des yeux fermés

Ici une dérision fait toujours de moi

l'inverse de ce que je suis

 

Toutes ces années durant

j'élevais un arbre invisible

dont les frondaisons

sont mes admirations

 

Le père mille fois réinventé

par le fils rompu

Le tronc n'est qu'un trait

qu'un ongle tracerait

 

Ceux qui s'abreuvent de lumière

les bras levés

peuvent lui offrir

la couronne de l'amitié

 

Les racines font circuler la vue

dans la terre aveugle

L'homme sans sommeil est reclus

chagrin de ne pas être appelé

 

Bientôt il reprend sa place

dans la vie insondable

porte ceux qu'il aime

contre les méandres du hasard

 

Érige la colonne divulguée

d'un temple secret

prend son bien dans ce qui passe

et provoque ce qui vient

 

Sans regretter le royaume

de tout ce qu'on a perdu

Comme un arbre se tient debout

dans la forêt des rois défunts

 

 

 

Michaël La Chance

Leçons d'orage

L'Hexagone, 1998

SG