29 novembre 2020 7 29 /11 /novembre /2020 20:14

 

Rustres maladroits, pourquoi m'avoir secoué

Quand je me trouvais dans une bienheureuse cécité :

Jamais frayeur ne m'a secoué plus cruellement,

— Mon rêve, mon rêve doré a disparu !

 

Espèce de rhinocéros à trompe d'éléphant !

Ne commence-t-on par faire poliment : toc, toc ?

De frayeurs, je vous ai jeté les compotiers

De fruits mûrs dorés — à la tête.

 

 

 

                            

 

 

 

 Baum in Herbste

 

 

Was habt ihr plumpen Tölpel mich gerüttelt,

Als ich in seliger Blindheit stand : 

Nie hat ein Schreck grausamer mich geschüttelt,

— mein Traum, mein goldner Traum entschwand.

 

Nashhörner ihr mit Elefanten-Rüsseln,

Macht man nicht höflich erst : Klopf ! Klopf ?

Vor Schrecken warf ich euch die Schüsseln

Goldreifer Früchte an den Kopf.

 

 

 

 

Friedrich Nietzsche

Poésies

Traduction de Jean-Jacques Briu

Éditions Éole, 1991 

SG