7 juillet 2011 4 07 /07 /juillet /2011 09:05

   

Ar wezenn derv a gomzas evel-hen

Un deiz ouzh ar bennduenn :

Lec'h hoc'h eus, a gav din, da damall ho krouer ;

Laouenan evidoc'h a zo ur bec'h pounner

Disterañ lomm avel a roufenn dremm an dour

Kement lârout ez eo flour

Ho redi da stouiñ ho kein :

Ha me, ken dibleg hag ar mein

Ouzhpenn, diouzh an heol e harzan an tommder

Ne ran van rak nep gwallamzer

Enkrez eo evidoc'h aezhennig ;

E-keit hag emañ evidon allazig.

Ha c'hoazh, ma vijec'h deuet amañ, er waskedenn

A ren em c'hiden tro-war-dro,

Hir ha ledan war ar vro,

Diouzh an arnev ho tiwallfen :

Met ne weler nemeur ac'hanoc'h o sevel

Nemet war vevennoù leizh eus bro an avel.

An natur a zo bet en ho keñver kriz bras.

Ar bennduenn a respontas :

Ho truez em c'heñver, diouzh ho kalon vat,

Ha va bennozh ganeoc'h, a zo ur merk anat ;

Met bezit dizamant : an avel evidoc'h

Mui 'get din zo doujaploc'h ;

Me a bleg, met ne dorran ket.

Betek-henn, c'hwi hoc'h eus gellet

Ouzh an arnev hag e gounnar

Herzel kalet hep kaout taol fall

Met gortozomp sioul an dibenn

Ne oa ket echu c'hoazh an abadenn

Setu o tont a-benn-herr

Spontusañ mab, pounerañ barr-amzer

A voe ganet biskoazh e korn ar gwalarn-ster. *

Ar wezenn derv a harpas krenn,

Ar gorzenn a blegas he fenn.

An avel a c'hwezh muioc'h-mui

Kement ha ma tisplantas an hini

Ma oa he chupenn o tizhout al loar

Hag a blante he lost e kalon an douar.

 

 

 

 

* gwalarn-ster : gwalarn uhel evit moraerion Konk-Leon.

 

 

Pierre Désiré de Goësbriand

Fablenbrezhoneg

Fables de La Fontaine en Breton Moderne

réactualisées par Yann Mikael

La Découvrance, 1997

   

 

 

                       ♦

 

 

 

Le chêne et le roseau

 

   

Le chêne, un jour, dit au roseau :

Vous avez bien sujet d'accuser la nature ;

Un roitelet pour vous est un pesant fardeau ;

Le moindre vent qui d'aventure

Fait rider la face de l'eau,

Vous oblige à baisser la tête ;

Cependant que mon front, au Caucase pareil,

Non content d'arrêter les rayons du soleil,

Brave l'effort de la tempête.

Tout vous est aquilon, tout me semble zéphyr.

Encor si vous naissiez à l'abri du feuillage

Dont je couvre le voisinage,

Vous n'auriez pas tant à souffrir,

Je vous défendrais de l'orage :

Mais vous naissez le plus souvent

Sur les humides bords du royaume du vent.

La nature envers vous me semble bien injuste.

- Votre compassion, lui répondit l'arbuste,

Part d'un bon naturel ; mais quittez ce souci :

Les vents me sont moins qu'à vous redoutables ;

Je plie, et ne romps pas. Vous avez jusqu'ici

Contre leurs coups épouvantables

Résisté sans courber le dos ;

Mais attendons la fin. Comme il disoit ces mots,

Du bout de l'horizon accourt avec furie

Le plus terrible des enfants

Que le nord eût porté jusque-là dans ses flancs.

L'arbre tient bon, le roseau plie.

Le vent redouble ses efforts

Et fait si bien qu'il déracine

Celui de qui la tête au ciel était voisine

Et dont les pieds touchoient à l'empire des morts.

 

 

Jean de La Fontaine

 

 

 

  Grandville - Le chêne et le roseau

   Illustration : Jean-Jacques Grandville

SG