5 avril 2010 1 05 /04 /avril /2010 19:05

 

Et, quand la clameur du crépuscule eut tiré

Une écume ivre des eaux éblouies,

Comme je me retrouvais dans la Patrie,

De la bouche du fleuve je portai mes pas

(Et le Temps changeait d'ombres,

D'arche en arche appuyant

Mélancolique ses cils vibratiles)

Vers un pin aérien que tourmentaient les feux

D'extrêmes rayons suppliants

Par lui, hôte espéré de pierres mémoriales,

Invaincu, prolongés parmi les meurtrissures

 

 

Traduction de Philippe Jaccottet

 

Ungaretti

par Yvonne Caroutch

Poètes d'aujourd'hui

Seghers

 

 

 

 

Incontro a un pino



E quando all'ebbra spuma le onde punse
Clamore di crepuscolo abbagliandole,
In Patria mi rinvenni
Dalla foce del fiume mossi i passi
(D'ombre mutava il tempo,
D'arco in arco poggiate
Le vibratili ciglia malinconico)
Verso un pino aereo attorto per i fuochi
D'ultimi raggi supplici
Che, ospite ambito di pietrami memori,
Invitto macerandosi protrasse.


                                                   1943

Ungaretti

SG