22 décembre 2020 2 22 /12 /décembre /2020 09:55

 

Ici, je suis en sûreté ; ici les chênes encerclent les murs,
ici, les passes scintillent au bas des montagnes
usées par la mer. Si je suis devant la vitre,
les grands chênes
sont d’une profonde couleur d’huile
comme une peinture ancienne.
Dans l’émail bleu du ciel,
des nuages oubliés
viennent de la mer.

Feuillage de chêne dans le soleil d’automne !
Pays bleu, pays montagneux, pays de mer !
qui vieillit à côté de moi,
paré de couleurs lumineuses,
éclatantes.

Aujourd’hui, l’air est frais, des flocons de neige.
Telles des griffes, les branches nues cherchent à saisir
les dernières traces de chaleur et d’ozone.
Je vais dans le pays bleu
sous des blocs qui tombent.
Un jour Yggdrasil sera nu.

 

 

 

 

Olav H. Hauge

traduit du néo-norvégien

par Eva Sauvegrain et Pierre Grouix

Les HSE n°35, 3ème série, 2013

 

 

 

 

 

 

 

Det blå landet



Her er eg trygg, her er det eiker kring murane,
her blenkjer sundi bak havslitne fjell.
Stend eg innafor glaset,
har dei veldige eikene
ein djup oljetone
som eit gamalt målarstykke,
på den emaljeblå himmelen
stend attgløymde skyer
i jag fra havet.

Eikelauv i haustsol !
Blålandet, berglandet, havlandet
og aldrar attum meg
i tung fargebragd
og gløding.

I dag er det kjøld og snøflingror i lufti,
dei nakne greinene grip som klør
etter varme og siste oson.
Eg gjeng i det blå landet
under fallande blokkor.
Og ein dag er Yggdrasil snaud.

 

 

 

Olav H. Hauge

SG