28 décembre 2020 1 28 /12 /décembre /2020 21:11

 

Dans nout' ouche y avait un c'risier

Qui poussait, pousse que j' te pousse !

On les cueillait à pleins paniers

Les c'ris's ! Ah ! comme all's étint douces !...

 

J'en étions tant si ben ferlauds,

Si fins ferlauds tous deux Nannette,

Qu' jen laissions guér' pour les moignaux

Qui v' nint aussi fé  la cueillette.

 

Aussitôt qu'arrivait l' printemps,

Y s' toilettait comme un' mariée,

Mais c't' année aux premiers beaux temps,

Il a mis ni fleurs, ni feuillée...

 

C'est que la daille de la Mort

Fauche la plant', la bête et l' monde,

Les gueux, les grous, les vieux, les forts,

Fauche dans l' tas su l'a terr' ronde.

 

Si all' fauchait seul'ment qu' les vieux,

Tout tortillards, pleins d' ch'nousissures,

Dit's vouer, et pis qu'ail' laiss' les fieux

Et les jeun's âbres d' la Nature !

 

Mais y a queuqu'chous que les savants

Savont pas quand on leu z'y demande ;

C'est si la Mort, tout comme l' vent,

Y a pas queuqu'un qui les commande ?

 

Dans les soirtés d' la bell’ saison,

Avant qu' la lun' soye arannée,

Su nout' c'risier mort, un pinson

Vient s'y brancher à la cimée.

 

Là, soun oeil nouer, l'vé vè les cieux,

Y chante un air si biau, si tende,

Si résonneau, si ben doucieux,

Qu' sûr'ment, le Bon Dieu douét l'entende !

 

Nous aut's, les pésans, j'savons ren,

Mais c' t' oisiau qu' vient chanter là..., dame !

J' nous disons qu' ça s'rait p'têt ben,

Nout' c'risier ?... quéqu'chos' d' lui ?... Soun âme !

 

 

 

 

ferlaud : gourmand

daille : faux

chenousissure : moisissure

aramé : couché.

 

 

 

 

Hugues Lapaire

Poésie/Octave Charpentier

n°11, 1935

Imprimerie d'art "Le Croquis"

 

SG