13 novembre 2020 5 13 /11 /novembre /2020 09:17

 

l'Automne en ville, feuilles

mortes sur les trottoirs, à l'époque

de François Coppée et d'Anatole France

— déchire comme le cygne

déchire lentement l'eau lugubre —

rassurant et déchirant bruissement,

pleinement rassurant, de soies

déchirées les soirs

dans des intérieurs

cossus, tout voilé, appelant

la pluie sur les carreaux

le brouillage de la rue, ou

petite place

à marronniers

                      — détchire é's soèye dë zz'anmes

déchire la soie des âmes.

 

 

— — — — — — — — —

 

 

                         Rien, Watteau, comme

le fond de tes fêtes galantes

et têtes galeuses. Rien

Râteau, comme

le bruit de ta dent

bruit patient obsédant

parmi les feuilles sèches (tant !

de feuilles ont donc les arbres !

qu'on a envie de se laisser

tomber pour y mourir pourrir ou

dessécher — sur le lit

— ce lit qui est comme un doux fleuve d'oubli —

qu'elles font dans les allées des parcs,

mourir la bouche ronde

comme le grand Gilles

debout devant le paysage, raide

comme un enterré debout

dans un rempart

de terreau, remblai

sorte de défense agréablement puis

désagréable

ment friable

— bientôt tragiquement friable

comme l'âpreté certaine, vérace

de l'hiver...

 

 

 

 

Ivar Ch'Vavar

Le Marasme chaussé

Flammarion, 2012

SG