21 décembre 2020 1 21 /12 /décembre /2020 17:57

 

                          Pour Mykola Rudenko

 

 

Plus tard qui parlera

de cet arbre et qui parlera

du silence qui l'a fait naître

avec les yeux qui regardaient

grandir nos angoisses futures... ?

 

Aujourd'hui on se tait, on croit

que le lyrisme de la vie

n'a que la voix des feuilles

ou l'étrange résignation

des mots destinés à mourir.

 

Pourtant il parait beau et bon

d'entendre les papillons bleus

transporter le ciel —  mais vers où  ? —

il parait même heureux

d'avoir l'automne à soi

l'hiver aussi à soi.

 

Tout se peut. Vraiment tout se peut.

Nous aurons vécu, nous vivrons

pour quelque chose comme ça

Et quel sera le prix

des forêts de demain —  qu'importe ! —

on entendra parler des arbres...

 

 

 

 

 

Jean-Paul Mestas

Jalons

Plaise au souvenir

Barre-Dayez, 1983

SG