30 novembre 2019 6 30 /11 /novembre /2019 16:00

 

Il y a dans le bouleau la fragilité

de l'homme gauchi malgré sa grâce,

sa légèreté —  malgré sa pudeur qui a du mal à cacher

sur son corps le mauvais pli,

la courbure imprimée à sa vie

par la peur ancienne, la douleur insurmontée ;

le bouleau vit penché, l'homme entravé

dans son maintien et sa marche par des tics ;

 

l'un et l'autre éprouvent la difficulté

de tenir parfaitement sa verticalité.

 

 

 

 

Judith Chavanne

À ciel ouvert

L'Arrière-Pays, 2011

 

SG