16 novembre 2019 6 16 /11 /novembre /2019 18:30

 

J'ai presque vu les mains

                                      du crépuscule

         caresser les feuilles

                 de ce bouleau         en train

                                      de s'effacer,

                                  dans la nuit qui recule

                                      en attirant

           son tremblement de lumière.

Le tact de cette main

                                     immense

        se communique au tronc,

              à l'herbe, à l'eau du lac

           qui rosit de douceur, en attente

                         du bonheur de s'éloigner,

                                          se transformer

              en une absence odorante

                      où seule demeure

                   l'haleine de leur respiration.

J'ai cru voir la fin

                  de chaque vie humaine,

                          dans ce commencement,

   alors que les yeux se remplissent

        d'ombre, et que s'éclaire,

                          peu à peu,

                      sur l'autre versant,

l'inimaginable délice

        de partir à tire-d'aile,

   vers la nouvelle, éternelle gravitation.

 

 

 

 

 

Jean Mambrino

L'Aube sous les paupières

ZurfluH éditeur, 2009

SG