11 novembre 2019 1 11 /11 /novembre /2019 10:50

 

Les feuilles dorées de

                 ce bouleau tissent

         la dentelle du vent

                           avec les ailes

                                     d'un passereau.

L'une sur l'autre glissent

         les images où le temps

                         dévide ses trésors

   L'arbre est peint sur

         le lac d'où

                  sort une lumière

                           inconnue.

Ton âme est plus fragile,

                 plus nue que ton corps,

         semblable à la petite île

                           au milieu des eaux.

Là, fleurit la pensée

                  sans image, l'éclair

          d'une image qui défait

                           la pensée des pensées.

Il n'y a plus de demain ni d'hier.

          Sois en repos dans le repos.

 

 

 

 

Jean Mambrino

L'Aube sous les paupières

ZurfluH éditeur, 2009

SG