14 mai 2019 2 14 /05 /mai /2019 12:50

 

Ce soir les arbres m'ont parlé

Un cheval de nuit pose son museau sur mon épaule

Et me chuchote des beautés frangées d'étranges choses

Des histoires de sous-bois céleste d'acacias en fleur ou d'avoines.

Lisse de sa sueur perlant des longues courses

Il mêle à mes cheveux sa crinière d'étoiles

Mais je l'écoute sans l'entendre

Car sa hutte est trop loin perdue dans les Pléiades.

Je le regarde dans les yeux : il cache bien ses ailes

Ne voulant m'emporter d'une seule envolée

Là-haut loin dans les feuilles

Là où la lune rit

Tant il est las, muet, et triste aussi.

Ah ! bien souvent quand vient le noir

Et que le ténèbres nous font grelotter

C'est comme un grand malheur qui flotte dans les arbres

Et moi dans ma chemise, la nuit dans sa crinière

Nous nous sentons grand'envie de pleurer.

 

 

 

 

Jean-Pierre Charles

Poèmes qu'on jette aux vents

L'Ormaie, 1999

SG