6 février 2019 3 06 /02 /février /2019 16:00

 

Le tilleul est mort

Personne ne le sait encore

Celle qui l'élaguait avec ses ciseaux d'argent n'a pas compté son âge

N'a pas prévu des larmes pour attendrir la hache

Un vent ignorant a soufflé le cierge

Et ce n'est pas la dernière coulée de résine qui remplacera les pleurs

Sa photo trône sur la cheminée depuis que la maison est maison

Lui debout sanglé dans son écorce

Elle lui arrivant à l'épaule

Des mariés ordinaires

et une mise en ménage qui comporte sa part d'ombre et d'énervements

   quand le tapage des moineaux empêche les parents de faire la sieste

 

 

 

Vénus Khoury-Ghata

Où vont les arbres ?

Gallimard, 2012

SG