3 novembre 2018 6 03 /11 /novembre /2018 07:50

 

Une petite gare apeurée et silencieuse

Court dans la nuit

À la rencontre d'une forêt qui marche

La forêt est plus sombre que le reste du monde

Ses ramures de ténèbres crues

Tendent à se rompre

Les bâches du désespoir

Quelque chose vacille, vacille

Impossible de savoir

Où vont les saisons sans lisière

 

 

 

Annie Lebrun

Ombre pour ombre

Gallimard, 2004

SG