9 août 2018 4 09 /08 /août /2018 07:52

 

                                            D'un arbre

 

Au plus haut de l’an,
L’air retient son souffle,
Seul se meut un nuage
Sur la frondaison.
Quand le feu s’enfouit,
Quand se tait l’oiseau,
Racines et feuilles
Sont à l’unisson.


Au plus haut de l’an,
L’arbre ailé s’oublie,
Proche est le lointain,
Durable l’instant.
Quand le feu s’enfouit,
Quand se tait l’oiseau,
Tout tend vers son libre
Ou vers son repos.


Le nuage en son erre,
L’an à son plus haut.

 

 

 

 

François Cheng

La vraie gloire est ici

Gallimard, 2015

SG